SUR LE MONT
Les Chalets de Metabief

Association des Propriétaires de chalets de Gais-Loisirs et Crêt de la Chapelle.

Contribution au débat sur l’évolution éventuel du fonctionnement et de la politique de l’association
Article mis en ligne le 5 août 2012

par Hector TONON
Imprimer logo imprimer

À l’aube de cette nouvelle année, la 35e pour notre association, j’ai estimé que le temps était plus que venu de s’interroger sur sa raison d’être, sur son efficacité, la pertinence de l’action conduite, des orientations et de la crédibilité inspirée à son environnement (élu, collectivités, milieux décideurs, autres groupes sociaux…).

Ce débat n’est pas nouveau, mais de plus en plus, en tout bien et toute amitié, deux tendances fortes s’opposent au sein des membres du bureau et du conseil d’administration :

1. Les partisans du maintien des « politiques actuelles » consistant à être avant toute une structure de solutions aux problèmes de voisinage des adhérents, de relations de défense et de transmission auprès des pouvoirs publics locaux, problèmes de voirie, de poubelle, déneigement, services municipaux et d’information auprès des adhérents sur les décisions prises par d’autres pour le développement limité à la commune de Métabief… et pour ce faire d’entretenir auprès de nos (rares) interlocuteurs, les meilleures relations possibles, allant quelquefois, jusqu’à la complaisance. Cette acceptation consistant à se satisfaire de ce que l’on veut bien nous dire sans possibilité de donner avis et opinion.

Tout ceci n’est pas un sans intérêt mais l’historique de cette stratégie a été d’un effet plus que restreint, de nombreuses déceptions et un bilan limité.

Jamais il ne nous a été demandé notre avis, ce qui aurait été de bon ton et justifié pour une association représentative des résidents secondaires, largement majoritaires dans les choix des décisions qui s’ensuivaient. Se contenter de cela est très frustrant pour ne pas dire désobligeant pour les contributeurs que nous représentons avec beaucoup d’autre à la vie, au développement économique, social et financier qu’apportent à la région les plus de 5000 (15 000 personnes) résidents secondaires des 19 communes de la communauté.

2. Nombreux sont ceux qui ne sont plus en accord avec cette stratégie et qui estiment, preuves à l ‘appui, qu’elle a été et reste très mal récompensée sur le fond (cf exemples en annexe). À l’évidence, nous existons trop peu sur l’essentiel et, dans la mesure où ne nous sommes que payeurs et non électeurs, notre pouvoir est faible, sinon nul, dans tous les domaines, et cela est injuste.

Les exemples sont nombreux :

  • Orientation des développements touristiques très longtemps limités à la « neige » et piste de descente, et ce malgré les limites et les menaces climatiques qui rendent impératives des évolutions pour une couverture saisonnière élargie.
  • Lutte contre l’incapacité à trouver des collaborations au sein de la communauté de communes (entre les Mots et les Lacs).
  • Les financements liés à ces évolutions limitées pour certaines au seul Métabief, pour d’autres au syndicat du Mont-d’Or (quatre communes), rarement au niveau de la communauté de communes et très nettement insuffisante aux aides départementales et région, ces derniers prenant pour prétexte la difficulté, voire l’impossibilité pour les communes de se mettre d’accord pour une réelle ambition politique touristique partagée. La conséquence est de reporter sur les habitants la charge de l’adaptation touristique nécessaire mais coûteuse.
  • Une station qui, chaque année, éprouve des difficultés à se mettre en route et accueillir le plus tôt possible des utilisateurs impatients et qui, ensuite, se plaint de recettes insuffisantes.
  • Le traitement privilégié réservé à certaines catégories, frontaliers, organismes touristiques, qui sont sans doute justifiés, mais dont la contribution n’est pas à la même hauteur que celles qui ont choisi depuis longtemps de rejoindre et de s’installer dans cette partie de Franche-Comté.
  • La faible, pour ne pas dire l’absence totale de concertation sur la réalisation du nouveau PLU avec l’importance des changements et transformations qu’il prévoit et que nous contribuerons à réaliser.
  • L’absence de toute relation avec le conseil intercommunautaire et dont Métabief, et donc nous, contribue à financer une part importante.
  • L’incapacité dans laquelle nous avons été de convaincre les résidents permanents de plus en plus nombreux dans les chalets, de nous rejoindre pour mettre nos intérêts en commun, voir même de représenter notre association en tant qu’électeurs.
  • L’ignorance dans laquelle nous nous sommes trouvés face à l’éventualité d’un rapprochement avec la communauté de communes du Larmont (CCL) qui mérite au moins que nous nous y intéressions.
  • Les difficultés pour obtenir que soit réalisées des opérations importantes dans certaines parties du Crêt de la Chapelle sur l’assainissement, le regroupement des réseaux, le bitumage des voiries…

Dans ces domaines, et pour toutes ces questions et bien d’autres qui nous concernent, que nous les désapprouvions ou que nous les regrettions, nous ne sommes jamais consultés, ni bien évidemment partie prenante.

Orientation pour que cela change.

Ceux d’entre nous qui déplorent cet état de fait, sans être des rêveurs ni croire aux miracles, pensent que nous pouvons être les tenants et même les moteurs d’un changement de stratégie.
Pour cela, il faut prendre les moyens d’exister. Nous devons nous manifester, donner notre avis, critiquer, dénoncer, approuver les choix qui seront proposés ou réalisés. Il s’agit de communiquer beaucoup plus à l’intérieur et à l’extérieur par notre revue bimestrielle, la presse locale et tous les moyens de communication.
Nous devons aussi, en sachant que cela demandera du temps, faire connaître nos positions au maximum d’organisations d’autres résidences secondaires. Pratiquement, il nous faut donc créer au sein de l’association une commission communications issue du conseil d’administration, chargée de conduire cette nouvelle politique et de la faire vivre.

Évoqué le 27 octobre dernier lors du conseil d’administration, très réduit et perturbé, les présents se sont globalement prononcés pour une évolution dans cette direction, laquelle serait dans une première étape, limitée territorialement. Il a été également proposé que le présent bulletin informe et consulte les adhérents sur ce projet d’évolution de notre politique qui ferait l’objet d’une réunion du prochain CA du printemps (date à fixer), et d’un débat de fond lors de l’assemblée générale de l’été prochain qui aura à en découdre.

Pour préparer ces rencontres, il semble utile de faire un premier sondage de nos adhérents à la faveur du présent « Sur le Mont ». Cette consultation consisterait à vous demander à l’occasion de l’envoi de votre cotisation 2012 de mentionner votre choix pour :

1. Maintien de la politique actuelle
2. Favorable à l’évolution proposée dans ce bulletin.
et subsidiairement : votre accord pour rejoindre le CA et participer au groupe « communication ».

Cette première indication permettra d’orienter la préparation de l’assemblée générale chargée de redéfinir l’évolution de notre association pour les années à venir.

Dans la même rubrique

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette



2012-2018 © SUR LE MONT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.36
Hébergeur : 1&1.fr